MADELEINE (S)

poétique

« Pour parler de son livre, Proust fait deux comparaisons : la cathédrale et la robe. L’une est noble (…) ; l’autre, plus artisanale, apparente l’écriture à un travail manuel (…) Dans ses cahiers, il écrit d’abord sur les seuls rectos, réservant les versos pour des additions. Puis quand il manque de place sur les versos, il déborde dans les marges. Et quand les marges sont pleines ; il recourt(…) à des collages ; Il gribouille sur n’importe quel bout de papier, le colle là où il faut. Dans les dactylographies et les épreuves, d’immenses paperoles se déplient en accordéon et s’étendent sur plus d’un mètre. Les manuscrits de Proust sont de beaux objets qui illustrent la nature de la création littéraire… »

Un été avec Proust – France Inter
Ed. Equateurs Parallèles

Madeleine(s) est une adaptation très personnelle des paperoles chères à M.Proust

 Livre en drap de lin cousu.
Pièce unique, disponible pour exposition – me consulter